Pour quelles utilisations ?

Beaucoup ne comprendront pas que je n'avance pas ici dans ce débat.

Pour moi le premier consensus à trouver est d'avoir un système solide pour vraiment compter ce qui a une forte valeur. (ou contre valeur dans le cas des émissions ).

Pour comparer les  système de quotas, à la production ou à la consommation,  d'échanges, de taxes ... il faut avancer sur leurs bases de calcul.

Je suis convaincu que pour supporter un même niveau de contrainte élevé tel que celui de la neutralité carbone, et "chasser jusqu'à la dernière fumée", quelque soit l'approche retenue, les exigences de comptabilité sont proches.

A contrario, une fois sur de bons rails , je ne doute pas que les discussions iront bon train.

          Pour aller plus loin sur la question des quotas, je vous dirige vers www.allocationclimat.fr auquel j'ai collaboré et vers https://comptecarbone.cc/

Son principe est également détaillé sur une page Wikipédia

Monnaie or not money ?

La proposition consiste à donner une valeur à ce qui compte, le futur du réchauffement climatique,

à savoir mesurer cette valeur

et à donner confiance dans cette mesure.

A partir de là, suivant l’utilisation de cette mesure, il sera possible ou non d’échanger cette valeur, de convertir ou non en unité monétaire …

Ce qui ne sera pas possible, ce sera de créer de nouvelles quantités : elles ne feront que diminuer, ce qui par la rareté en augmentera la valeur.

Ma conclusion serait que si le poids carbone a certains attributs d’une monnaie, il n’en n’est pas une . Mais il contribuera à changer nos valeurs.