Qui suis-je  ?

Nous se résume à Je pour l'instant. Dois-je rester seul ? C'est à vous de me le dire.

Enfin seul, c'est loin d'être vrai :

Depuis longtemps je m’étonne que l’on ne mobilise pas davantage la responsabilité individuelle dans la crise climatique.

« grâce au confinement » en Février 2021, j’ai esquissé l’écriture d’une proposition , l’outil « technique » préalable à des politiques de mobilisation de cette responsabilité individuelle.

Et ceci dans le but de « recruter » une équipe pour co-construire la proposition.

En mars 2021, j’ai intégré une équipe déjà constituée qui réalise une étude de faisabilité d’une telle comptabilité individuelle et de son utilisation. Je n’interfère pas ici dans la communication structurée de l’équipe.

En parallèle de ce travail collaboratif auquel j’adhère pleinement, je poursuit cette expression personnelle « Une planète : sur qui compter ? ».

Cela me permet de mettre au clair ma philosophie personnelle, d’alimenter le groupe,  et de communiquer sur ma vue du socle technique de la proposition (la comptabilité) afin de nouer de nouveaux contacts.

Je développe également une stratégie qui ne sera pas nécessairement celle du groupe :

je pense que l’on peut trouver un  consensus sur la nécessité technique d’une telle comptabilité , qui peut déboucher à terme sur sa mise en œuvre .

Alors que le débat nécessaire sur telle ou telle utilisation est beaucoup plus contradictoire, peut faire l’effet de repoussoir et sera vain tant que les pre-requis techniques ne seront pas en route.

J’ai un fort intérêt pour les sciences de la nature (biologie, évolution, géologie, éthologie …) .Une empathie pour le végétal…

Prompt à l’engagement, je souhaite « faire ma part ». J’ai choisi de laisser à d’autres le rôle indispensable d’alerte. Je me concentre sur LES solutions.

Je suis artisan d'art . Pour me découvrir : https://atelier.gilles.link/

Je suis conseiller communal dans une petite commune.

J'ai eu une carrière d'ingénieur dans l'industrie.

Je suis grand-père et père de trois enfants.

Gilles Cormary