Rétro-obligations

Faire un rétroplanning, c’est partir de la contrainte forte de devoir respecter une date , et déterminer la date de début (et les ressources) de chaque tache pour respecter cette date de fin en mettant en évidence les enchainements nécessaires.

Quand on demande à un chef produit dans une situation donnée quelle est la priorité entre les coûts, la qualité, l’innovation , beaucoup répondent la qualité et aussi très important les couts mais il ne faut pas négliger l’innovation .

Non quand on demande une priorité, elle est unique. On peut demander un ordre de priorité (pondéré ?) mais c’est moins utile.

Une obligation est une condition nécessaire. La somme des conditions nécessaires devrait s’approcher de conditions suffisantes.

Je mêle ici ces trois approches dans ce que j’appelle les rétro-obligations.

Je ne pense pas avec ces trois obligations avoir la totalité des conditions nécessaires mais celles qui me paraissent les plus nécessaires. (quid de l’obligation de liberté ?)

Pour parvenir à un résultat difficile comme celui du maintien d’équilibres (climatique, biodiversité, …) (difficile par l’importance de l’effort et par les freins qui lui sont proportionnel) , l’histoire nous montre qu’une logique d’obligation de résultat est nécessaire (responsabilités , mesures, objectifs,  retro-actions …). En effet sinon des progrès significatifs auraient déjà eu lieu : il faut changer de méthode.

On ne peut consentir à cette obligation de résultat que si le système nous parait solide et équitable et les efforts répartis. Au vu du constat actuel, cela impose une obligation de solidarité pour à la fois mieux répartir les efforts et à la fois aider aux adaptations.

Mais il n’existe pas de définition de la juste répartition commune à tous. Cela impose une obligation de démocratie pour déterminer en commun quel niveau de répartition adopter. Il ne s’agit pas ici simplement de voter pour une solution parmi d’autre mais de déterminer la position du curseur dans un continuum de valeurs entre faible et fort.

Ces trois obligations sont nécessaires pour la réussite et s’enclenchent dans cet ordre démocratie > solidarité > résultats.

Une obligation de résultat c’est énoncer les conséquence au manquement de sa responsabilité.